"Orinoco flow" a été un énorme tube radio pendant les fêtes de Noël en 1988. (© Enya)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire 

Nous sommes en 1988, une hallucination auditive envahit les ondes en France. La chanteuse s’appelle Enya, elle est irlandaise et sa chanson c’est Orinoco flow. Si le titre fait référence à un fleuve sud américain (L’Orénoque, fleuve coulant entre le Venezuela, la Colombie et le Brésil), il est surtout un clin d’oeil au studio d’enregistrement où Watermark le deuxième album d’Enya est mis en boîte, Orinoco Studios à Londres. L’aventure d’Enya commence en 1982, quand elle quitte le groupe irlandais Clannad pour tenter une expérience solo. Entourée du couple Roma et Nicky Ryan, eux aussi anciens membres de Clannad, Enya devient l’artiste féminine irlandaise qui vend le plus de disque au monde (plus de 80 millions). Dans Orinoco flow Enya fait référence à un certain Rob Dickins. C’était à l’époque le big boss du label WEA. Et tendez bien l’oreille, dans le refrain, si de nombreux français entendent C’est Noël, C’est Noël, en réalité Enya chante Sail away Sail away. Une jolie hallucination auditive qui a permis à Orinoco flow de se hisser 16ème des ventes en France… trois mois après les fêtes de fin d’année, au printemps 1989 !

 

X
X