Cette image, vous ne la reverrez plus la saison prochaine... (© USBCO - Club de foot de Boulogne, illustration )

Boulogne perd ce soir contre Saint-Brieuc. La descente en N2 est confirmée. 

2005, la belle année pour l’USBCO. Le Stade de la Libération est plein. Les Chtits Boulonnais squattent les feuilles de matchs. L’arrivée à la présidence de Jacques Wattez, avec Bruno Dupuis à la gestion sportive et Philippe Montanier sur le banc, redonne le sourire à un club en difficulté. Les galères financières sont terminées. Boulogne remonte en National, la troisième division. C’est le début d’une belle histoire, le retour du professionnalisme, celle qui emmènera la formation Rouge et Noir jusqu’en Ligue 1. Les stars s’appelleront ensuite Gregory Thil, Ti’Mouss Lecointe, Vincent Ehouman…

Mais tout ça, c’est fini. Ce vendredi, Boulogne a perdu à domicile face à Saint-Brieuc 1-0. C’était le dernier match de la saison à la Libé, l’avant-dernier de la saison, le dernier espoir de rester à ce niveau. Mais Boulogne n’a pas réussi, Boulogne a perdu. Un match à l’image de cet exercice, sans âme, sans envie, triste. L’arrivée cet hiver de Stéphane Jobard aura redonné un peu d’illusions à des supporters qui ont été les seuls à se battre cette année.

Mathématiquement c’est terminé, le maintien n’est plus possible. 17 ans après, les Boulonnais retombent en CFA, devenu National 2, Boulogne n’est plus un club pro.
De toute façon cette équipe, à de rares exceptions près, tel un super Junior Senneville, ne ressemblait pas à Boulogne, elle ne méritait sans doute rien d’autres.

Le club va souffrir, de nombreuses personnes, joueurs, staff, vont partir. Il faut tout reconstruire. Voilà le club Rouge et Noir revenu 17 ans en arrière. L’année zéro pour l’USBCO, ce n’est pas demain, ce n’est pas hier, c’est maintenant…


X
X