Michel Delebarre s'est toujours investi dans les clubs de l'agglomération. (© BCM Gravelines-Dunkerque, Jean-Charles Bayon)

L’ancien maire de Dunkerque Michel Delebarre est décédé ce samedi. Président de la Communauté urbaine, il avait fait beaucoup pour le sport Dunkerquois.

Une victoire en coupe de France de basket pour le BCM en 2005 avec en prime deux semaines des As, une coupe de France de hand pour l’USDK en 2011 agrémentée d’une coupe de la Ligue en 2013, des clubs dans l’élite, le BCM et l’USDK donc, mais aussi Dunkerque en hockey, Dunkerque en volley, des coupes de France pour la Jean Bart, le club de gym. La cité Nordiste a toujours brillé par le sport. Et ce n’est sans doute pas un hasard si ses plus belles heures se sont passées sous les mandatures de Michel Delebarre.

L’ancien Ministre d’État a toujours investi dans ce domaine. Et si ce n’était pas un fin connaisseur du sport au sens technique du terme, c’est lui qui maîtrisait les gros dossiers. Pendant longtemps, il n’y a pas eu de vice-président à la CUD chargé des sports. Non, le patron des sports dans le Dunkerquois, c’était lui.

Avec parfois des décisions fortes, celle de fusionner les clubs de Gravelines et de Dunkerque en basket en 2002 par exemple, le BCM devient une équipe communautaire. Économiquement et sportivement, la formation Gravelinoise entre dans une nouvelle dimension. Lors de la signature des grands joueurs, le maire était souvent à la table. Au moment où il se rapprochait de l’USDK, Jérôme Fernandez, alors star du hand et capitaine de l’équipe de France, déclarait chez nos confrères du Phare Dunkerque, « Avec Monsieur Delebarre, nous sommes d’accord sur tout ». Il avait d’ailleurs placé des proches à la tête de ces équipes, comme le regretté Nicolas Bernard, Président de l’USDK de 1990 à 2010.

L’Arena, ce projet qui lui coutera peut-être sa place…

Homme de réseau, ses relations ont permis d’offrir de belles images, des événements qui marquent. Le Tour de France en 2001, des matches des équipes de France de basket, de hand, de volley lors du programme « 2012, le Plus Grand Terrain des jeux ». Dunkerque s’était autoproclamée base arrière des JO de Londres, avec l’accueil de nombreuses délégations Françaises et étrangères.

Le visage sportif de Dunkerque aujourd’hui est en pleine mutation, un nouveau stade, une nouvelle patinoire, bientôt un nouveau Sportica, probablement une nouvelle salle pour le hand. Les années Michel Delebarre n’auront sans doute pas marqué la ville en terme d’équipement, un certain retard au crépuscule de son règne. Ne pas oublier malgré tout la réfection de la salle Dewerdt à la fin des années 90, qui aura permis à Dunkerque d’accueillir le Mondial de hand en 2001, rien que ça. Il avait porté la création d’une Arena de près de 10000 places lors de son dernier mandat. Un projet qui le conduira sans doute à sa perte. Un projet stoppé net après sa défaite lors de la campagne municipale de 2014.

De nombreuses associations ont profité de la générosité du Premier édile en termes de subventions, le sport de masse s’est développé entre 1989 et 2014. Pas un hasard si Dunkerque avait remporté en 2002 le challenge l’Équipe de la ville la plus sportive de France.

 

 


X
X