Francis Cabrel dénonçait la cruauté de la corrida en 1994. (© Francis Cabrel)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:25 dans #LaFamilleDelta sur #DeltaFM

Nous sommes au début des années 90, Francis Cabrel se rend à Bayonne pour assister à un spectacle de tauromachie. Il en sort avec la conviction que la corrida est une barbarie et prend quelques notes sur un carnet. Trois ans plus tard il se remet à l’ouvrage et ajoute cette réflexion “Est-ce que le monde est sérieux ? “. La chanson La Corrida ouvre l’album Un Samedi Soir sur la Terre publié en 1994, et dénonce la cruauté d’une tradition datant du XVIIIème siècle. Francis Cabrel met l’auditeur dans la position très inconfortable du taureau, qui, tel un condamné à mort, sait qu’il va mourir. C’est Nicolas Reyes, le chanteur des Gypsy Kings que l’on peut entendre à la fin de la chanson. L’album Un Samedi Soir sur la Terre reste la meilleure vente d’albums de Francis Cabrel. Il s’est vendu à trois millions d’exemplaires. [21/01/2019]

 

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X