"Walk on the wild side" a conduit Lou Reed à la postérité (© Lou Reed)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:25 dans #LaFamilleDelta sur #DeltaFM

Nous sommes en 1972, David Bowie produit Transformer le deuxième album solo de Lou Reed, un album qui contient quelques-uns des titres majeurs de l’ancien du Velvet Underground. Satellite of Love, Perfect Day et surtout Walk on the wild side. Cette ballade nonchalante, de prime abord très accessible, décrit l’univers de la Factory, l’atelier new yorkais d’Andy Warhol que fréquentaient assidûment Lou Reed et Bowie. Walk on the wild side a même échappé à la censure malgré de nombreux sous-entendus au sexe, à la drogue et à la prostitution : un exploit pour l’époque ! Petite anecdote : Le solo de saxophone à la fin du morceau est l’oeuvre de Ronnie Ross, le professeur qui enseignait le saxo à David Bowie quand il était enfant. [03/12/2018]

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X