"Ring my bell" est sorti à l'époque du mouvement anti disco "disco demolition night" (1979) (© Anita Ward )

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta et sur Instagram sur le compte @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1979, le 12 juillet, des fans de rock célèbrent dans un très grande confusion la “Disco Demolition Night” au Comiskey Park de Chicago. Le disco est devenu un genre musical majeur et ses détracteurs décident sur fond de cris homophobes de détruire des centaines de disques de disco. C’est à cette époque aussi que sort le tube de la très pieuse Anita Ward (23 ans), Ring my bell (signé Frederick Knight). Au départ, la chanson est proposée à la très jeune Stacy Lattisaw (13 ans) et doit évoquer une conversation téléphonique entre adolescents. Seulement l’entourage de Stacy Lattisaw abandonne le projet, le texte de Ring my bell est modifié et c’est Anita Ward, chanteuse issue du gospel, qui hérite de la chanson. Même si les paroles ne sont pas à caractère sexuel, disons que la lecture est sans ambiguïté quand Anita Ward dit « Tu peux sonner ma cloche, la nuit ne fait que commencer, viens et laisse-toi aller… » C’est la première fois qu’on entend le son de percussion Poww sorti du clavier électronique de Carl Marsh, un son rapidement associé au disco et qu’on peut retrouver sur un autre titre de l’année 1979, Second time around de Shalamar. [29/02/2022] 


X
X