C'est sur "Billie Jean" que Michael Jackson a effectué son célèbre Moonwalk le 16 mai 1983. (© Michael Jackson)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta et sur Instagram sur le compte @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1982, après The Girl is mine en duo avec Paul Mc Cartney, Michael Jackson sort un deuxième single Billie Jean de son album Thriller, l’album de tous les superlatifs. Tout est monumental sur ce titre, l’intro reconnaissable entre mille, le groove, la réverbe, le clip de Steve Baron, les pas de danse de Michael Jackson, et puis cette histoire de dingue : une groupie l’aurait harcelé pendant de longs mois prétendant que Michael était le père de son enfant, et en allant même jusqu’à proposer de se suicider en même temps que lui pour se retrouver dans une autre vie. Cette histoire hante Michael Jackson au point qu’il y trouve matière à composer. Le résultat pose les fondations du phénomène Jackson. C’est le batteur Ndugu Chancler tel un métronome qui reproduit une boîte à rythme. L’ingénieur du son Bruce Swedien réalise des prouesses en sculptant le son de batterie à l’aide d’un plancher et d’une couverture. Quincy Jones milite pour une intro moins longue, mais c’est Bambi qui a le dernier mot. Billie Jean devient une invitation à la danse sur laquelle Michael Jackson effectue son célèbre moonwalk le 16 mai 1983, le pas de danse inspiré dit-on du mime Marceau, et que lui aurait appris Jeffrey Daniel du groupe Shalamar. Billie Jean est le titre qui permet au fils cadet de la famille Jackson de devenir le premier afro-américain à tourner en boucle sur MTV. [27/02/2022]


X
X