"A la faveur de l'automne" est à retrouver sur le troisième album de Tété (2003) (© Tété)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta et sur Instagram sur le compte @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 2003, la mélancolie d’un certain Tété (Niang Mahmoud Tété) se fait contagieuse à la faveur d’une chanson… C’est l’automne, les couleurs sont dans les tons sépia, il pleut, le chanteur attend un appel qui ne vient pas et se semble se complaire dans cette tristesse, ce spleen. A la faveur de l’automne est une chanson de rupture produite et arrangée par Les Valentins (Bashung, Etienne Daho…). Ses racines sont sénégalaises et antillaises, son bagage littéraire est français mais son héritage musical venant de sa maman est anglo-saxon. Il écoute du jazz, du folk et les incontournables Beatles dont il reprend Eleanor Rigby. Si les accords de guitare de Tété s’accompagnent toujours de jolis mots, ses premières compos en français sont longues à se dessiner. Tantôt poète, tantôt observateur du monde qui l’entoure, Tété voyage léger et commence en faisant tourner le chapeau sur le trottoir. Sa guitare est folk, sa voix est soul. Trois ans après avoir signé chez Sony (Epic) A la faveur de l’automne lui ouvre plusieurs portes, s’écoule à plus de 200 000 exemplaires, le fait voyager aux quatre coins du monde, entouré de musiciens ou seul avec sa guitare. [04/04/2022]


X
X