"One" de U2 est une chanson souvent choisie pour des célébrations religieuses. (© U2)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta et sur Instagram sur le compte @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1990, le groupe U2 sent pointer le vent de la routine, décide de changer d’horizon, et sur les conseils de Brian Eno prend la direction Berlin, ville où les choses semblent bouger. C’est le point de départ du septième album Achtung Baby, alors que le Mur de Berlin s’apprête à tomber (9 novembre 1989). Pourtant la direction musicale plus électro que prend U2 provoque quelques tensions. C’est la chanson One qui va mettre tout le monde d’accord avec les premières notes de The Edge et un magnifique texte que Bono écrit en trente minutes. Il existe plusieurs théories sur la signification de One. Est-ce qu’il est question de la réunification de l’Allemagne, ou d’un message fort adressé à la communauté homosexuelle ? Un détail ne trompe pas : la pochette du single montrant des bisons sautant dans un précipice est de l’artiste David Wojnarowicz, homosexuel militant, mort du sida en 1992. Le cliché est un parallèle entre la quasi extinction des bisons au 19ème siècle et la crise du sida qui devient totalement incontrôlable à la fin des années 80. D’ailleurs une partie des bénéfices générés par One (20 millions de copies vendues) est reversée à la lutte contre le sida. Autre interprétation, il pourrait s’agir d’un tentative de réconciliation conjugale entre The Edge et sa femme. Selon Bono, il est plus généralement question de solidarité, malgré nos différences. Nous n’avons pas d’autre choix, « we get to carry each other« , nous devons nous porter les uns les autres et ne former qu’un. Johnny Cash se sentant condamné a repris de façon magistrale ce classique de U2 en 2000.  [02/12/2021]


X
X