Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta et sur Instagram sur le compte @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1994, Bashung retrouve le studio ICP à Bruxelles pour les besoins de son neuvième album Chatterton. Bashung brouille encore les pistes en nous emmenant là où on ne l’attend pas. Comme Bowie, Bashung casse les codes pour mieux renaître, nous désarçonne avec un son expérimental, nous fait léviter avec des titres comme L’apiculteur, Ostende ou J’passe pour une caravane. On retrouve Jean Fauque pour les textes, plusieurs guitaristes de renom comme Link Wray (!) et Sonny Landreth, et la science de Phil Délire pour la production. Ici la pochette coloré signée Mondino contraste avec un contenu plus minéral. Le tube reggae Ma petite entreprise permet à Bashung de rester en odeur de sainteté auprès des diffuseurs. Il y a ici deux lectures possibles. Littéralement on comprend qu’il peut s’agir d’un texte sur le travail en entreprise. Mais si on regarde de plus près le vocabulaire employé, Bashung fait référence au travail du sexe, quand il dit :

Palper cet épiderme… 

Qui fait que je me dresse…

Ma petite entreprise exhibe des trésors satinés…

Qu’importe l’amour s’exporte…

Sinon, Ma petite entreprise est utilisée par Pierre Jolivet pour son film du même nom sorti en 1999 avec Vincent Lindon, et en 2000 elle permet à Bashung de palper la monnaie grâce à une publicité pour un utilitaire.

X
X