"Juste une illusion" marque les débuts en solo de Jean-Louis Aubert en 1986. (© Jean-Louis Aubert)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1986, Téléphone, le plus grand groupe de rock français annonce sa séparation. Une annonce qui fait l’effet d’une bombe (humaine) le 21 avril 1986. Deux mois plus tard, Jean-Louis Aubert fait un retour discret dans les bacs sous le nom de Aubert & Ko, “Ko” comme Richard Kolinka, le batteur de Téléphone. La chanson Juste une illusion est enregistrée à Londres chez Steve Levine, celui qui devait produire le sixième album de Téléphone. Il est d’ailleurs fort probable que Juste une illusion ait été jouée en répétition avant la séparation du groupe. Mais ce que Jean-Louis Aubert ignore peut-être, c’est que son seul nom inscrit sur une pochette de disque n’a pas le même impact que le nom de Téléphone. Il repart de zéro, à la (re)conquête du public en jouant dans des petites salles, parfois presque vides. Autour de Jean-Louis et Richard, il y a Daniel Roux à la basse, et Marine Rosier aux claviers. Dernière info sur Juste une illusion : la chanson n’apparaît sur aucun album de Jean-Louis Aubert, mais est ajoutée en bonus sur la version rééditée de Plâtre et ciment, véritable premier album solo de Jean-Louis Aubert, sorti le 1er février 1987.

X
X