"Suzette" le titre qui lance la carrière de Dany Brillant en 1991. (© Dany Brillant)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1986, Dany Brillant s’appelle encore Daniel Cohen. Fougueux, le jeune artiste de 20 ans veut chanter, danser, jouer la comédie. Il veut tout faire. Il se produit au cabaret Les Trois Maillets. Suit le cours Florent de Francis Huster. Impressionné par les talents du chanteur Dany, Huster lui propose de faire le crooner dans son premier film On a volé Charlie Spencer. On lui demande s’il sait écrire une chanson. C’est faux mais il répond par l’affirmative. Gonflé à bloc, Dany Brillant s’enferme à la bibliothèque de Beaubourg avec un dictionnaire de rimes. Le titre choisi est Suzette du nom de l’héroïne du film et de la maman de Francis Huster. Dany Brillant croit tenir son premier rôle, hélas les producteurs décident de ne pas garder la scène au montage. Il prend sa revanche en 1991 en signant chez Warner avec C’est ça qui est bon, son premier album qui ressuscite l’esprit Saint-Germain-des-Prés. L’album s’écoule à 350 000 exemplaires et Suzette grimpe à la troisième marche du Top 50.  

X
X