Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1977, Eric Clapton se voit attribuer le surnom de Slowhand suite à la parution de son cinquième album. Il y reprend Cocaïne, un titre anti-drogue signé JJ Cale. Ce n’est pas la première fois qu’il revisite un titre du célèbre bluesman en manque de reconnaissance. Il l’avait déjà fait en 70 avec After Midnight. En ce qui concerne la cocaïne, Clapton sait de quoi il parle puisqu’à l’époque il tente de se défaire de la drogue, remplaçant une addiction par une autre addiction. En 1998, il ouvre un centre de thérapie basé sur le bien-être pour toxicomanes dans l’île d’Antigua dans les Caraïbes, une île où Slowhand a passé du temps pour sa propre convalescence. Et pour financer le projet, Clapton organise le Crossroads Guitar Festival. La première édition se déroule au Madison Square Garden de New York en 1999. Depuis, craignant que le titre Cocaïne ne fasse passer un mauvais message, Eric Clapton finit par ajouter “that dirty cocaïne” à la fin du refrain à chacune des ses prestations. [Source : Clapton par Eric Clapton – Editions Buchet/Chastel – 2007]

 

X
X