"On n'est riche que de ses amis, c'est dit" des paroles de Jean-Jacques Goldman, sur une musique de Calogero (2009). (© Calogero)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 2009, pour son cinquième album, Calogero fait appel à plusieurs auteurs masculins avec lesquels il n’a jamais collaboré, à une exception près puisque c’est Alana Filippi qui signe le texte de l’Ombre et la Lumière. Sur L’Embellie, on retrouve la sensibilité de Marc Lavoine avec Nathan, une chanson sur le handicap, et les autres textes sont signés Dick Annegarn, Dominique A, Kent. Calogero passe aussi commande auprès de Jean-Jacques Goldman. La musique déborde de mélancolique, et avec le talent que l’on sait, Goldman rend sa copie, comme il avait su le faire quelques années plus tôt avec de Palmas et J’en rêve encore (lire épisode #191). Le résultat donne C’est dit, une chanson sur l’amitié, sur ceux qui restent quand il n’y a plus personne. Les vrais amis, une richesse inestimable. La force de Goldman est de mettre son talent au service de Calogero, d’une mélodie digne d’un film de Claude Sautet et d’éveiller notre sensibilité en nous entraînant sur le terrain de la nostalgie. Dans le clip, la Madeleine de Proust prend la forme de Casimir, le monstre gentil de l’île aux enfants. 

X
X