"Talkin' bout a revolution" de Tracy Chapman s'est classé 22ème des ventes en France en 1988. (© Tracy Chapman)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1988, les folkeuses font de la résistance. Elles s’appellent Michelle Shocked, Tanita Tikaram, Suzanne Vega ou encore Tracy Chapman. Cette dernière est née à Cleveland (Ohio). Elle grandit dans un milieu modeste, bercée par la musique country et le gospel. Tracy Chapman suit des études d’anthropologie, et c’est lors d’un concert donné dans un bar de Boston qu’une maquette finit par tomber entre les mains du patron d’Elektra, le label qui a signé les Doors, et Véronique Sanson. A l’instar de Bob Dylan en 1964 avec the times they are a-changin’, le folk de Tracy Chapman est très dépouillée et ses chansons sont des protest songs. Dans Talkin bout a revolution, elle met le doigt sur les disparités sociales importantes aux Etats Unis sous l’administration Reagan, et nous met en garde face à une révolution qui couve. Tracy Chapman écrit les paroles de Talkin’ bout a revolution a seize ans seulement. Son premier album se vend à plus de vingt millions d’exemplaires. Quelques mois seulement après son avènement, elle est choisie par Bruce Springsteen, Sting, Peter Gabriel, et Youssou N’Dour pour les accompagner lors de la grande Tournée Amnesty Internationale en 1988. [31/03/2021] 

X
X