"The Wall" de Pink Floyd est le double album le plus vendu au monde. (© Pink Floyd)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1979, le groupe Pink Floyd publie son onzième album et dernier chef-d’œuvre : The Wall. Un album très autobiographique composé en grande partie par le bassiste Roger Waters. D’abord perçu comme un album mégalo, The Wall est inspiré par plusieurs traumatismes vécus par Roger Waters, comme la disparition de son père, ses années d’école à Cambridge où les sévices corporels étaient légion. L’enregistrement sous tension se déroule en partie dans le sud de la France au Studio Miraval, au point que Rick Wright (claviers) est évincé du groupe, et relégué au second plan sur la pochette. C’est le titre Another brick in the wall Part II, avec sa double négation (we don’t need no education) et son solo de David Gilmour, qui offre à Pink Floyd son unique numéro un. La rythmique disco et les chœurs d’enfants sont l’idée du producteur Bob Ezrin. Il avait déjà eu l’idée en 1972 en dirigeant une chorale d’enfants dans le titre School’s out d’Alice Cooper. En 1982, c’est Alan Parker qui est chargé de mettre The Wall en images avec Bob Geldof dans le rôle de Pink, le personnage central créé par Roger Waters. Pink Floyd The Wall s’est vendu à plus de 30 millions de copies. Pour un double album, c’est un record jamais égalé. 

X
X