Dans "Blue sky mine" Midnight Oil évoquait la catastrophe écologique de Wittenoom en Australie. (© Midnight Oil )

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1990, le groupe australien Midnight Oil, toujours inquiet de l’avenir de notre planète, vient en remettre une couche avec la chanson Blue sky mine extrait de son septième album (lire aussi épisode #115). Blue sky mine évoque la ville fantôme de Wittenoom. C’est sans doute la plus grande catastrophe industrielle en Australie. Cette petite ville du grand ouest australien vivait de l’exploitation de l’amiante sans aucune protection jusqu’au milieu des années 1960. On estime que le quart des hommes qui ont travaillé dans cette mine sont morts de cancers liés à l’amiante. Aujourd’hui le taux d’amiante dans l’air est tellement élevé qu’il est toujours mortel. À l’entrée de la ville, des panneaux avertissent du danger que les visiteurs encourent en entrant dans cette zone. Depuis la fermeture de la mine en 1966, Wittenoom est devenue une ville fantôme. Après une autre catastrophe, pétrolière cette fois, en Alaska, le groupe de Pete Garrett a donné un concert improvisé le 30 mai 1990, devant les locaux d’Exxon à New York, et le leader de Midnight Oil a fait cette déclaration : Nous ne pouvons pas traiter le monde comme une poubelle, et la vie vaut plus que le profit et la perte. [08/02/2021]

X
X