"Heart of glass" a été numéro un au Royaume Uni et aux Etats Unis en 1979. (© Blondie)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1975, le punk rock balaie tout sur son passage et le disco n’est pas encore à son apogée. Tout sépare ces deux genres musicaux qui symbolisent à leur façon une forme de rébellion. Un mouvement anti-disco va même naître en 1979. Pourtant il y a un terrain où les deux vont pouvoir se rencontrer et s’accorder. Ce lieu est New York. Le groupe Blondie emmené par Debbie Harry et Chris Stein, issu de la scène punk, va puiser son inspiration dans le reggae, la soul, la new wave et… le disco. L’exemple le plus flagrant c’est avec le tube Heart of glass (1979). Une première mouture de cette chanson est enregistrée en 1975 sous le titre Once i had a love. Influencés par les sons de Kraftwerk et Giorgio Moroder, Blondie et le producteur Mike Chapman font de Heart of glass un tube mondial qui inonde les radios et les pistes de danse. Ce goût pour le son disco se confirme en 1980 avec le titre Call me produit par Moroder (musique du film American Gigolo), et Debbie Harry en 1981 s’offre les services de Nile Rodgers (Chic) pour ses débuts en solo. 

X
X