La chanson "Il est cinq heures, Paris s'éveille" est sortie deux mois avant les évènements de Mai 1968. (© Jacques Dutronc)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1968, Jacques Dutronc enchaîne les tubes depuis deux ans aidé de son parolier Jacques Lanzmann. Ces deux Jacques ont en commun le même sens de la dérision. Un troisième Jacques (Wolfsohn), directeur artistique des Disques Vogue, met les deux autres au défi de composer une chanson sur Paris au petit matin. Il est cinq heures, Paris s’éveille, inspirée d’une chanson du 19ème siècle (Désaugiers – 1802), est née “entre la nuit et la journée” avec la complicité d’Anne Segalen, compagne de Lanzmann. Après une première écoute de la chanson le 26 janvier 1968, jour de l’enregistrement, le résultat ne satisfait personne. Premier hasard, un musicien plus habitué aux partitions classiques qu’aux gesticulations de l’époque, se trouve dans le studio voisin. Il s’appelle Roger Bourdin. En une seule prise, son solo de flûte traversière apporte un supplément de légèreté au texte de Jacques Lanzmann. Autre hasard, Il est cinq heures, Paris s’éveille est prémonitoire puisqu’il précède les évènements de mai 1968. D’ailleurs les jours suivants, loin du tumulte parisien, c’est du côté de la Corse que Françoise Hardy et Jacques Dutronc s’envoleront. En 1991, Il est cinq heures Paris s’éveille a été sacrée “chanson du siècle” dans un sondage du Nouvel Observateur et de 45 critiques musicaux. [18/11/2020]

X
X