"Never gonna give you up" a été vu plus de 700 millions de fois sur Youtube. (© Rick Astley)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1986, un jeune chanteur originaire du nord de l’Angleterre travaille dans les studios des producteurs anglais Mike Stock, Matt Aitken et Pete Waterman. Il s’appelle Rick Astley, il a 20 ans et il se familiarise avec la technique, fait des voix pour d’autres et prépare le thé. La recette de SAW (Stock Aitken & Waterman) ? De beaux artistes, des paroles légères, un son pop et reconnaissable entre mille. Le trio est coupable d’avoir produit des dizaines de tubes durant la seconde moitié des années 80 (Kylie Minogue, Dead or Alive, Bananarama, Mel and Kim, Jason Donovan…) le tout mixé par l’ingénieur du son Phil Harding. Never gonna give you up est enregistré en 1986, mais sentant le potentiel de la chanson les producteurs choisissent l’été 1987 pour imposer Rick Astley dans le monde entier. En 2007, pour faire le buzz sur sa chaîne YouTube, un internaute redirige des milliers de followers vers la vidéo de Rick Astley. Ce phénomène baptisé Rickroll permet à Never gonna give you up d’être visionnée des millions de fois. Eté 2019, Rick Astley fait une apparition surprise au Reading Festival pour chanter Never Gonna give you up aux côtés des Foo Fighters. [24/06/2020]

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X