Dans "Anne, ma sœur Anne", Louis Chedid s'adresse à l'auteure du "Journal d'Anne Franck" [1929 - 1945] (© Louis Chedid)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1985, Louis Chedid publie son huitième album Anne, ma sœur Anne. L’artiste a été patient puisque le succès est arrivé tardivement. Après avoir débuté dans le cinéma et la pub, il se fait remarquer avec des textes incisifs sur des musiques légères. Ce fût le cas en 1978 avec T’as beau pas être beau (avec ses enfants dans les chœurs), ou encore le Cha cha de l’insécurité (1983). Le succès et la reconnaissance arrivent en 1981 avec un hommage au cinéma et la chanson Ainsi soit-il. En grand observateur de notre société, le père de Matthieu Chedid s’inquiète de la montée des extrêmes aux Élections européennes en 1984. Ça lui rappelle deux livres de son enfance, Le Journal d’Anne Franck et La Barbe Bleue. Dans la chanson Anne, ma sœur Anne, Louis Chedid s’adresse à Anne Franck et pour le titre il s’inspire du conte de Perrault avec le célèbre passage « Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ». Pour rappel, Anne Franck est morte à 15 ans à Bergen-Belsen en 1945. Sa seule faute était d’être de confession juive. Le Journal d’Anne Franck a été traduit dans plus de 70 langues et vendu à plus de 30 millions d’exemplaires. [28/05/2020]

 

 

X
X