Bruce Springsteen se raconte dans la biographie "Born to run" publiée chez Albin Michel en 2016. (© Bruce Springsteen)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta et sur Instagram @UnTubeUneHistoire

Nous sommes en 1984, Bruce Springsteen s’apprête à publier son septième album Born in the U.S.A avec son groupe The E Street Band, quand son manager Jon Landau lui signifie qu’il manque un titre “grand public”. Jon Landau est ce journaliste du Real Paper de Boston à qui l’on doit cette phrase devenue célèbre “J’ai vu l’avenir du rock’n roll, son nom est Bruce Springsteen“, après un concert donné en première partie de Bonnie Raitt le 9 mai 1974. Un an plus tard il devient manager et producteur de l’enfant du New Jersey. Après une brève dispute avec son Landau, le Boss s’emploie à composer en une nuit la chanson Dancing in the dark. Springsteen raconte la suite dans sa biographie (Born to Run – Editions Albin Michel – 2016) :”C’est une chanson sur ma propre aliénation, mon épuisement, mon besoin de sortir de mes confinements intérieurs : le studio, ma chambre, mon disque, ma tête. Je voulais… vivre.” Le clip de Dancing in the dark est tourné live au Civic Center de Saint Paul dans le Minnesota par Brian de Palma (Scarface, les Incorruptibles…) le 29 juin 1984, et nous permet de découvrir à l’écran une toute jeune comédienne âgée de 20 ans, Courteney Cox. L’album Born in the U.S.A de Bruce Springsteen and the E Street Band s’est vendu à plus de trente millions d’exemplaires dans le monde.

 

 

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X