Selon le magazine Rolling Stone, "Da ya think i'm sexy" est l'une 500 plus grandes chansons de tous les temps. (© Rod Stewart)

Un Tube, Une Histoire tous les matins à 10:35 dans #LaFamilleDelta sur @deltafm_officiel 

Nous sommes en 1978, Rod Stewart a déjà derrière lui une carrière de chanteur aux côtés du célèbre guitariste Jeff Beck, et avec le groupe anglais The Faces où il côtoie Ron Wood, futur Rolling Stones. A 33 ans il a déjà enregistré huit albums solo. Il décide de donner un coup d’accélérateur à sa carrière avec Blondes have more fun. A l’instar des Rolling Stones avec leur tube Miss you, Rod Stewart s’aventure vers le disco. Son batteur trouve une rythmique, Rod Stewart le refrain et le producteur Tom Dowd enrobe le tout avec des claviers et des violons. Da ya think i’m sexy se classe numéro un aux Etats Unis et au Royaume Uni, numéro deux chez nous en France, lui permet de toucher un très large public mais prive “Rod the Mod” d’une partie de sa fan base. Par ailleurs, le titre comporte d’étranges similitudes avec Taj Mahal (1972) de Jorge Ben et If you want my love… (1975) de Bobby Womack. Accusé de plagiat, Rod Stewart verse l’intégralité des royalties de Da ya think i’m sexy à l’UNICEF.  [20/12/2019]

 

 

 

 

 

X
X