Ce vendredi soir au stade de la Libération, un autre résultat qu’une victoire face à Concarneau aurait enterré définitivement les espoirs de maintien de l’USBCO. Mais le succès acquis face aux favoris permet à Boulogne d’entretenir l’espoir, aussi infime soit-il.

On jouait depuis à peine 10 minutes que le capitaine concarnois Guillaume Jannez manquait complètement son dégagement dans la surface de réparation. A l’affût derrière, Busin ne se faisait pas prier pour lober astucieusement Viot, obligé de récupérer le ballon au fond de ses filets (1-0, 11e). La suite ? L’USBCO faisait le siège de la moitié de terrain adverse, et Frikèche, de volée, était tout proche de doubler la mise (35e). 

Au retour des vestiaires, les Concarnois tentaient de réagir, en vain. Les hommes de Stéphane Le Mignan s’agaçaient, à l’image de Boubaya, qui écopait d’un carton jaune stupide pour protestation (72e) et de Mannai, proche d’en venir aux mains avec Badji (74e). 

Pas rancuniers sur l’ensemble de la saison, les supporters de la Ribéry donnaient de la voix pour encourager leurs protégés à conserver leur maigre avantage. Au coup de sifflet final, les chants laissaient place à la colère. « On est en N2, on est en N2 » criaient les fans frustrés. Mathématiquement, pas encore. Mais dans le vestiaire comme en tribunes, plus personne ne se fait d’illusion.


X
X