Face à un concurrent direct, l’USBCO devait absolument gagner pour ne pas être condamnée. Mais Annecy n’a fait qu’une bouchée des espoirs boulonnais.

Au coup de sifflet final, le contraste est saisissant. En punissant l’USBCO (4-0), les joueurs d’Annecy savourent leur maintien en National. A côté d’eux, des Boulonnais assommés se prennent le visage entre les mains: leur club est relégué à l’échelon inférieur.

Au pied du mur, les hommes de Laurent Guyot auraient dû montrer un autre visage. Hélas, le miracle n’a pas eu lieu. La méchante claque reçue ce lundi soir vient ponctuer une saison médiocre. L’embellie du mois d’avril n’aura finalement que retardé la sentence.

On aura mille fois le temps de faire le bilan de cette saison et d’en tirer les enseignements. Une chose est sûre: ce lundi soir, l’USBCO est reléguée en National 2. Mais les choses pourraient changer dans les prochains jours.

Désormais, le club boulonnais n’a plus qu’un seul espoir: que le comité exécutif de la FFF annule les descentes en raison du contexte covid. La réponse est attendue fin mai. Si c’est le cas, l’USBCO enchaînerait une nouvelle saison dans la troisième division du football français. Une chance qui ne devra pas empêcher les dirigeants de tirer les leçons de cet échec sportif: il n’y aura pas tous les ans une pandémie pour repêcher le club. 

En attendant, le dernier match contre Quevilly-Rouen, samedi prochain au stade de la Libération, sera l’occasion de sauver l’honneur. 

X
X