National, 2e journée – En déplacement à Quevilly-Rouen, Dunkerque a attendu la fin de match pour faire la différence et empocher sa deuxième victoire en autant de matchs. De son côté, l’USBCO, tenue en échec par Laval, est toujours à la recherche d’un premier succès.

Quel début de saison pour Dunkerque ! Deux matchs, 6 buts, et une place de leader. Au stade Robert Diochon, tout avait pourtant mal commencé. Menés au score dès le premier quart d’heure (13e), les maritimes ont trouvé les ressources pour égaliser par Boudaud (36e). Une juste récompense des efforts collectifs. En seconde période, les Dunkerquois poussaient, mais ne parvenaient pas à concrétiser leur temps fort. Alors que l’on pensait se diriger vers un match nul, ce diable de Bayo faisait trembler les filets par deux fois (88e, 90e+2). Ca ne pouvait pas mieux commencer. 

On ne peut hélas pas en dire autant pour l’USBCO. Pour son premier match à domicile, Boulogne payait cash sa nervosité du début de match. Bien servi par Nzuzi, Robic ouvrait le score (0-1, 13e). Piqués au vif, les Rouge et Noir égalisaient dans la foulée par Id Azza (1-1, 17e). La suite était surtout hachée par des coups de sifflets intempestifs de William Toulliou, incontestablement l’homme du match. En expulsant très sévèrement Duterte à 20 minutes de la fin, l’arbitre obligeait les Boulonnais à faire le dos rond et à se contenter du match nul.

L’expulsion de Duterte est d’autant plus incompréhensible que l’arbitre a reconnu s’être trompé de carton. C’est ce qu’il a dit au défenseur Meddy Lina.

 

Le coach de l’USBCO, Laurent Guyot, préfère tirer le positif

 

En face, l’entraîneur lavallois Olivier Frapolli était satisfait du nul à la Libération. Un stade qu’il connaît bien. Pour l’ancien coach de Boulogne, c’était forcément un match particulier.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X