Devant après avoir été menés, les Boulonnais se sont finalement inclinés face à Cholet, au stade de la Libération (2-3). Trois des cinq buts de la rencontre ont été inscrits sur pénalty.

Le coach l’avait annoncé en conférence de presse: il attendait un gros début de match de son équipe. Hélas, cueillis à froid par la tête décroisée de Jarju, qui faisait trembler les filets avec l’aide du poteau (0-1, 15e), les Boulonnais prenaient un vrai coup sur la casquette.

Il fallait attendre la demi-heure de jeu pour avoir un premier frisson. Nsikulu éliminait son adversaire d’une feinte de corps mais gâchait le 3 contre 2 en tardant à donner son ballon (31e). Quelques minutes plus tard, ce même Nsikulu s’échappait côté gauche, transmettait à Okou, qui glissait le ballon à Beghin au point de pénalty, mais le milieu de terrain envoyait largement au-dessus (34e). Moussaki, lui, mettait dans le petit filet (35e). En face, Njike répondait d’une belle reprise de volée à raz-de-terre, qui frôlait les cages de Pontdemé (37e).

C’est finalement au retour des vestiaires que l’USBCO allait convertir ses situations. A peine revenu des vestiaires, Moussaki prenait une semelle dans la surface. Monsieur Rosier n’hésitait pas et désignait le point de pénalty. Nsikulu n’avait plus qu’à transformer d’une frappe plein centre (1-1, 47e). Dans la foulée, Pontdemé sortait dans les pieds de Jarju et enflammait la Libé (48e). 

Portés par une tribune Ribéry bouillante, les Rouge et Noir poussaient, mais se montraient trop brouillons. Puis, à la 67ème minute, Guillaume Beghin, qui partait seul au but, était accroché. Nouveau coup de sifflet de l’arbitre, et nouveau pénalty transformé, cette fois-ci par Moussaki (2-1, 69e).

Piqués au vif, les Choletais apportaient le danger dans la surface boulonnaise. Oyono bousculait son vis-à-vis et permettait à Le Mehaute, tout juste entré en jeu, de transformer le troisième pénalty de la soirée (2-2, 75e)

On aurait pu en rester là – le match nul n’aurait pas été illogique – mais Cholet insistait. Hachem frappait le poteau (85e), mais Njike se montrait plus adroit. Seul à l’entrée de la surface de réparation, il ajustait une reprise de volée millimétrée qui laissait Pontdemé de marbre (2-3, 88e). Les trois minutes de temps additionnels n’y changeaient rien: Boulogne laissait échapper sa première victoire à domicile de la saison. 

X
X