De gauche à droite : Jean-Pierre Decodts (membre de l’ARDEVA), Pierre Pluta (Président de l’ARDEVA) et Colette (veuve de l’amiante)

Pas de résignation chez les victimes de l’amiante ! Vendredi dernier, la Justice a annulé les mises en examen de plusieurs personnes, considérées par les victimes comme les responsables du scandale sanitaire de l’amiante. Malgré la déception, les membres de l’association ARDEVA continuent le combat. Ils vont se pourvoir en cassation et espèrent encore un procès pénal. En 2004, l’association comptait 165 veuves de l’amiante, elles sont 685 aujourd’hui.

Vendredi, la cour d’appel de Paris a levé les mises en examen des personnes impliquées dans ce scandale sanitaire. “Pas assez de preuves” selon les juges qui ont décidé la fin des poursuites et compromettent la tenue d’un procès pénal. Pas questions pour autant de laisser tomber le combat pour les malades et leurs familles. Reportage :

La procédure devrait durer encore plusieurs mois. L’espoir des malades et des familles touchées, c’est que le dossier devrait quitter Paris et atterrir sur le bureau de nouveaux juges.

X
X