Une manifestation à l’appel de tous les syndicats de l’Education Nationale qui réunissait des enseignants de toute la Côte d’Opale, de Montreuil à Dunkerque en passant par Boulogne, Calais et Saint-Omer. Au cœur des revendications : les effectifs revus à la baisse à la rentrée prochaine. Le gouvernement veut faire du primaire sa priorité. Selon les syndicats, 2 650 postes d’enseignants supprimés à la rentrée prochaine dans les lycées, et 400 postes au niveau administratif.

Ils étaient une centaine ce matin pour dénoncer la suppression de 2 650 postes d’enseignants et 400 postes au niveau administratif. Thierry Quétu, secrétaire régional FSU :

X
X