La nouvelle offre de TER dans la région sera effective à la mi-décembre. La SNCF veut améliorer la régularité, particulièrement aux heures de pointes. Quels sont les principaux changements ?

Dans le Boulonnais
Au chapitre social : les changements sur le réseau littoral impacte entre 50 et 60 agents boulonnais qui devraient prendre leur service à Calais et non plus en gare de Boulogne sur Mer.
Concernant le trafic, pour la ligne Boulogne – Calais , il y aura 31 allers-retours quotidien contre 23 actuellement. Et 14 allers-retours Boulogne – Amiens.
Rappelons que c’est sur la ligne Boulogne – Paris que la SNCF et la région vont déployer les nouvelles rames Régiolis. Des trains d’un meilleur confort avec un gain de temps de 23 mn sur le trajet .

En Flandre et dans l’Audomarois
Sur la ligne Saint-Omer – Lille, l’offre progresse légèrement passant de 23 à 25 allers-retours quotidiens avec une desserte Krono renforcée toutes les 1/2h aux heures de pointes en matinée. Il y aura 15 trains dit rapides, au lieu de 12, avec un temps de trajet de 47 minutes.
Sur la ligne Hazebrouck – Lille, l’offre déjà dense, augmente avec 47 trains contre 40 aujourd’hui, mais cadencée par une succession de trains rapides et de trains Citi, les omnibus.

Dans le Dunkerquois
Sur la ligne Dunkerque – Lille en TERGV, l’offre passera de 6 à 10 trajets par jour avec 4 trains le matin, 2 à la mi-journée et 4 le soir. Une offre TER classique sera maintenue pour assurer le trafic en heures creuses. Une ligne TERGV Dunkerque-Arras devrait aussi voir le jour.

Sur l’ensemble de la région des Hauts de France, il y aura l’an prochain 937 trains contre 860 aujourd’hui avec pour objectif d’attirer 15 000 usagers supplémentaire dans les TER.

X
X