400 cargos, pétroliers, porte-conteneurs et navires commerciaux empruntent chaque jour le détroit du Pas-de-Calais (© Delta FM)

On les voit de loin, depuis la côte… Ces 400 cargos, pétroliers, et immenses navires qui naviguent tous les jours dans le détroit du Pas-de-Calais, l’un des plus fréquentés au monde. Mais ce qu’on ne voit pas, c’est la pollution qu’ils dégagent. Aujourd’hui, aucun chiffre précis ne permet de l’évaluer, mais selon la Voix du Nord, plusieurs études vont être lancées.

  • Une première analyse va être lancée par ATMO Haut-de-France, en collaboration avec ATMO Normandie, car pour l’instant, l’organisme qui mesure la qualité de l’air dans la région ne prend pas en compte l’impact du trafic maritime. Et pourtant, la concentration de particules fines a plus souvent dépassé les limites à Dunkerque et Calais en 2018 et 2019, qu’ailleurs dans la région. On attend les résultats de ces premières mesures d’ici 2023.
  • Deux autres recherches, nationales cette fois, sont sur les rails, une de l’Agence nationale de recherche, une autre de l’Agence de l’environnement. Des mesures scientifiques seront d’ailleurs réalisées à Dunkerque, pendant 3 semaines, avec plusieurs capteurs sur la côte, et en zone urbaine. Ces mesures seront ensuite comparées aux données de navigation en temps réel.

Depuis 2015, les navires ont l’obligation de réduire leur émissions de souffre en mer du Nord, et dans la Manche.

 

X
X