© Delta FM

Une bénévole d’une association d’aide aux migrants a été condamnée ce mercredi à 500 euros d’amende avec sursis pour outrage et rébellion lors d’une opération de démantèlement d’un camp de migrants, le 4 janvier à Calais.

La jeune femme de 25 ans, bénévole au sein de l’association l’Auberge des migrants, s’est opposée verbalement et physiquement à une opération d’éloignement de migrants, lors de laquelle un CRS affirme avoir été insulté de « nazi, de policiers des années 40 et de fasciste ».

L’avocat de la prévenue, maître Olivier Tresca, a plaidé la relaxe de sa cliente, expliquant que ces insultes n’étaient pas destinés à un seul policier, mais bien à la centaine de CRS présents ce jour-là. 

Le Ministère Public a quant à lui requis 6 mois de prison avec sursis, estimant que ces propos étaient « outrageants » et « inacceptables ». Finalement, le tribunal a tenu compte du casier judiciaire vierge de la prévenue, et a prononcé une peine financière de 500 euros d’amende avec sursis. 


X
X