A Calais, le médiateur envoyé par l’Etat n’a pas réussi à faire changer d’avis les grévistes de la faim, qui poursuivent leur mouvement.

La grève de la faim se poursuit pour les trois personnes installées dans l’église St Pierre. Voilà maintenant 18 jours qu’elles ont arrêté de s’alimenter, pour dénoncer le harcèlement subi par les migrants. Hier, le Ministère de l’Intérieur a envoyé un médiateur pour rencontrer les trois grévistes de la faim.

Didier Leschi, directeur de l’office français de l’immigration, a discuté pendant près de deux heures avec les grévistes de la faim. Ensemble, ils ont évoqué leurs revendications, notamment la suspension des démantèlements pendant la trêve hivernale. Plutôt que de démantèlement, le médiateur a préféré parler d’opération de mise à l’abri des migrants. Et pour lui, c’est impossible de les stopper.

Didier Leschi au micro Delta FM

 

Le médiateur doit rencontrer les associations d’aide aux migrants, ce jeudi. En attendant, le prêtre jésuite et les deux militants associatifs ont décidé de poursuivre leur grève de la faim.

X
X