La garde à vue des 3 Boulonnais soupçonnés d’avoir mortellement passé à tabac Sébastien Pierru s’est achevée ce jeudi. Leurs versions divergent.

“Deux des individus rejettent la faute sur le troisième, qui nie les faits” explique ce jeudi soir le Parquet de Boulogne.

Les 3 amis ont été interpellées mercredi matin, boulevard Sainte Beuve à Boulogne, après des témoignages recueillis par la police judiciaire. Ils sont soupçonnés d’avoir porté des coups à Sébastien Pierru, un Boulonnais de 35 ans retrouvé gravement blessé samedi à Wimille. Le père de famille est décédé le lendemain à l’hôpital. En garde à vue, l’un des mis en cause a expliqué avoir simplement porté des coups de pied “pour vérifier que la victime était encore vivante”. Il assure ne pas avoir frappé la victime avant, et rejette la responsabilité sur son ami de 22 ans, déjà connu de la justice, et en état de récidive au moment des faits. Le troisième individu a été mis hors de cause par les deux autres.

Selon leurs dires, ils ne connaissaient pas leur victime. Ils expliquent aux enquêteurs l’avoir croisé samedi matin, et lui ont demandé de les conduire quelque part. “Sur la route, le conducteur aurait alors déclaré que la destination était trop éloignée, et que ce n’était pas son chemin” explique le Procureur Pascal Marconville. C’est ce refus de les amener à destination qui aurait déclenché la colère des passagers.

Les 3 individus ont été présentés à un juge d’instruction ce jeudi après-midi. Le Parquet a réclamé le placement en détention provisoire pour deux d’entre eux, pour “meurtre et destruction d’un véhicule par moyen dangereux”. Le troisième, innocenté par ses comparses, devrait quant à lui être placé sous contrôle judiciaire pour “omission à porter secours”.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X