L’annonce a été faite vendredi : Brigitte Bourguignon est donc la nouvelle ministre de la Santé dans le gouvernement d’Elisabeth Borne. Une belle promotion pour cette boulonnaise de 63 ans, qui a commencé sa carrière politique en tant qu’adjointe au maire de Boulogne. En 2017, elle décide de quitter le Parti Socialiste pour rejoindre le parti d’Emmanuel Macron. Une décision qui l’amène à devenir ministre déléguée en charge de l’autonomie en 2020. Désormais, c’est un ministère complet qu’elle va devoir gérer.
Les chantiers sont énormes, à commencer par la covid, qui n’a pas disparu. La nouvelle ministre va devoir mettre en place une politique pour anticiper d’éventuelles nouvelles vagues. Deuxième chantier : celui de l’hôpital public. La crise sanitaire a mis en lumière les carences de notre système de santé. Brigitte Bourguignon, avec la casquette sociale qu’on lui connaît, va devoir gérer la pénurie de soignants, du manque de lit dans les hôpitaux… Elle connaît bien le problème puisque sur son territoire, le boulonnais, le centre hospitalier Duchenne est confronté à ces problématiques.
Autre dossier bouillant : les déserts médicaux. De plus en plus de médecins partent à la retraite et ne sont pas remplacés. En tant que députée, Brigitte Bourguignon en avait fait un cheval de bataille, en testant plusieurs dispositifs. Elle avait notamment fait appel à une troupe de théâtre pour tourner un clip, à diffuser dans les écoles de médecine, et ainsi inciter de futurs médecins à s’installer à la campagne.
Enfin, son précédent poste de ministre délégué à l’autonomie l’a également amenée à travailler sur le problème de la dépendance. Elle s’est déplacée plusieurs fois dans le Boulonnais pour promouvoir des solutions de maintien à domicile des personnes âgées


X
X