© Fred Marvaux - AFP

Y a-t-il suffisamment de place pour les gens du voyage dans le Boulonnais ? Selon la préfecture et le conseil départemental du Pas-de-Calais, la réponse est non. Ils viennent de publier un nouveau document, dans lequel ils demandent aux élus boulonnais de créer de nouvelles places d’accueil pour les gens du voyage. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les élus boulonnais ne sont pas d’accord.

Il existe 2 aires d’accueil des gens du voyage à Outreau et à Wimereux, pour un total de 68 places. La préfecture demande de maintenir ces 2 aires d’accueil. Les élus de l’agglomération, eux, disent que c’est trop, et envisagent de ne garder que celle d’Outreau.
La préfecture demande aussi de créer 3 aires pour l’habitat adapté des gens du voyage. C’est-à-dire des petites maisons, avec des commodités comme des toilettes, des buanderies, une place pour la caravane, etc. Au total, l’Etat demande qu’il y ait 60 places disponibles sur le Boulonnais, réparties en 3 aires. Là encore, selon les élus du Boulonnais, c’est trop, sachant qu’on ne compte actuellement qu’une quarantaine de caravanes dans l’agglomération.
Troisièmement, le schéma indique que le territoire doit aussi posséder “une aire de grand passage”. Une surface de 4 hectares a été identifiée dans le Boulonnais, à Dannes plus précisément. Mais les terrains appartiennent à des agriculteurs, et les procédures risquent d’être très longues.
Enfin, la préfecture souhaite une étude de faisabilité pour transformer l’aire de grand passage de St Martin en lotissement d’habitat adapté pour les gens du voyage. Impossible, selon le maire Christian Baly. Car l’aire se situe au beau milieu de la zone économique de l’Inquétrie, où la construction de logements est inimaginable.

X
X