Plus de 150 migrants pris en charge ce jeudi, dans le Boulonnais. Malgré le nombre de naufragés débarqués à Boulogne, les autorités n’ont pas ouvert le hangar réquisitionné sur le port de commerce pour les prendre en charge. Explications.

C’est ce que les sauveteurs appellent « un temps de migrant« . Ce jeudi, le soleil était présent sur la Côte d’Opale, et le vent quasi absent. Des conditions idéales pour tenter la traversée de la Manche. Conséquence: les sauvetages se sont enchaînés tout au long de la journée.

Les forces de l’ordre sont d’abord intervenus sur la plage d’Ambleteuse, où ils ont crevé l’embarcation que tentaient de prendre une vingtaine d’iraniens pour rejoindre l’Angleterre. Un peu plus tard dans la matinée, le patrouilleur de la Marine Nationale a secouru 93 migrants, répartis sur 2 zodiacs et les a ramené au port de commerce. Et puis en début d’après-midi, 46 migrants ont été débarqués au bassin Loubet.

Malgré ces multiples interventions, le hangar réquisitionné pour accueillir les migrants sur le port de Boulogne n’a pas été ouvert.

Dominique Consille, la sous-préfète de Boulogne, nous explique pourquoi.

 


X
X