Bernard Delecour, le président de l’association "Vivre Hardelot" (© Delta FM)

Il aura fallu 6 ans pour le voter… et à peine deux semaines pour qu’il soit attaqué en justice. Ce document, c’est le PLUI, Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, qui définit où il est possible de construire de nouveaux logements dans les 10 prochaines années dans le Boulonnais. L’association “Vivre Hardelot” a décidé de déposer un recours au tribunal administratif de Lille. En cause : plus de 6 hectares au sud de la commune, déclarés non constructibles… Selon le président de l’association, c’est une aberration, car Hardelot a besoin de logements pour augmenter sa population et faire vivre ses commerces.

Le PLUI, Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, indique quelles sont les zones constructibles dans l’agglomération, et quels sont les endroits où, au contraire, il faut préserver le paysage et l’environnement. A Hardelot, le bord de mer est concerné par une interdiction. Ce qui fait bondir Bernard Delecour, le président de l’association “Vivre Hardelot” :

X
X