L’incendiaire de plusieurs églises du Boulonnais dormira en prison, ce lundi soir. L’individu, un sans domicile fixe de 36 ans, a reconnu avoir mis le feu à quatre églises de Boulogne et du Portel, entre le 22 octobre et le 26 novembre dernier.

Cheveux courts et barbe naissante, vêtu d’un survêtement du PSG, l’individu a reconnu l’intégralité des faits qui lui étaient reprochés. Oui, c’est lui qui a dérobé l’argent récolté lors des quêtes de l’église Saint-François-de-Sales, à Boulogne-sur-Mer, le 14 novembre 2021. Et oui, c’est lui aussi qui a mis le feu au presbytère de l’église Saint-Vincent-de-Paul, fin octobre, et à la sacristie de l’église Saint-Pierre Saint-Paul à Le Portel, dans la nuit du 25 au 26 novembre.

Cette nuit là, il est interpellé en flagrant délit par les policiers en patrouille. « J’ai ouvert, j’ai cramé et je suis reparti » a-t-il lancé, ce lundi, à la barre du tribunal. Quand la présidente lui demande pourquoi il a fait ça, l’homme explique: « j’ai été violé dans ma famille d’accueil quand j’avais entre 5 et 6 ans et demi. Quand je regarde la télé, je vois que les curés sont des pointeurs. C’est pour ça que je m’en prends au églises« .

Selon le psychiatre qui l’a examiné, le prévenu présente une « réelle souffrance psychique, marquée par un sentiment d’abandon et de rejet constant. Il estime que son discernement est altéré au moment des faits et qu’il a davantage besoin d’un « suivi psychiatrique et éducatif plutôt que d’une sanction pénale« . Des conclusions que le tribunal n’a pas suivi. L’homme est condamné à 3 ans et demi de prison, avec maintien en détention. Une peine assortie d’un suivi socio-judiciaire de 3 ans avec obligation de soins.

L’association paroissiale et la mairie de Boulogne-sur-Mer s’étaient constituées parties civiles. Les dommages et intérêts seront fixés lors d’une prochaine audience civile, le 17 juin.


X
X