Après la mort d’un chauffeur de bus à Bayonne, l’été dernier, le Ministère de l’Intérieur a décidé de mettre en place des conventions pour sécuriser les transports publics de chaque agglomération. Celle de Boulogne vient d’être signée.

Seule, la compagnie Marinéo luttait déjà contre la délinquance, la fraude et les incivilités à bord de ses bus. Désormais, elle pourra également compter sur le soutien sans faille des forces de l’ordre et de la justice. La police, la gendarmerie, et le Procureur de la République ont en effet signé mercredi 17 février la convention de sécurisation renforcée avec la Compagnie de Transports du Boulonnais (CTB)

L’objectif de cette convention : renforcer la sécurité dans les véhicules de Marinéo, mais également aux arrêts de bus.

« trop souvent considérés comme une résidence secondaire par certains individus » a noté le Procureur de la République Pascal Marconville.

Une attention particulière sera portée aux arrêts situés de la station Liane et dans le quartier de Brecquereque. Si la prévention restera un axe de travail, la convention signée par Marinéo et ses partenaires vise surtout à accentuer la répression. En cas de trouble à l’ordre public sur le réseau Marinéo, à l’intérieur ou à l’extérieur des bus, les chauffeurs devront prévenir leur agent de maîtrise, qui avertira immédiatement les forces de l’ordre.

« Toute agression ou injure donnera lieu à une action plus directe des services de police en temps réel, et à des réponses pénales rapides » a précisé le Procureur de la République Pascal Marconville.

Pascal Marconville au micro Delta FM

 

La convention prévoit aussi qu’un chauffeur victime soit accompagné par la société Marinéo dans ses démarches juridiques.

Les détails avec Christelle Roux, présidente de la compagnie de transports du Boulonnais

 

La compagnie Marinéo a d’ores et déjà renforcé ses contrôles. « En 2019, 55 000 voyageurs ont été contrôlés, ce qui a permis de faire baisser la fraude et les actions d’incivilité » précise la CTB.

 

 

X
X