Alors que la ville de Boulogne réalise actuellement la réfection du chemin de ronde des remparts, des vestiges archéologiques ont été mis au jour à proximité de la porte des Degrés.

L’ensemble est composé d’un mur – sans doute une façade – percé d’une ouverture, devancé de deux marches débouchant sur une aire dallée d’environ 1,20m de large et d’une imposante maçonnerie de plus d’un mètre de large, plaquée contre le rempart actuel.

« La maçonnerie principale pourrait être la façade d’un bâtiment, lié à la porte des Degrés à laquelle il est accolé. La destination précise de cet édifice n’est pas encore attestée mais il pourrait s’agir d’un poste de garde. L’aire dallée quant-à-elle, étant donné sa position et son orientation, doit sans doute être interprétée comme appartenant au chemin de ronde. La seconde maçonnerie n’appartient pas au même ensemble et doit participer d’une réfection postérieure des systèmes de défenses de la porte des Degrés » précise un communiqué de la mairie.

Suite à cette découverte, le service archéologie est intervenu du 25 octobre au 15 novembre pour étudier en détails ces maçonneries, sans doute liés aux fortifications médiévales et modernes. Cette intervention a été réalisée avec le soutien de huit techniciens de l’association d’insertion Rivages Propres.

S’il est délicat pour le moment de proposer une datation définitive de l’ensemble, on sait en revanche que la zone a été remblayée aux XVIe et XVIIe siècles. Les découvertes sont donc antérieures et doivent probablement être rattachées aux ouvrages médiévaux (XIIIe / XVe). La seconde maçonnerie appartiendrait quant à elle aux ouvrages de la seconde moitié du XVIe siècle.

Les observations de terrain doivent être confrontées aux sources historiques pour permettre l’identification plus précise de ces vestiges.

X
X