Un Afghan de 31 ans et un Néerlandais d’origine guinéenne ont été condamnés ce mercredi à 6 et 3 ans de prison par le Tribunal de Grande Instance de Boulogne-sur-Mer pour homicide involontaire et aide au séjour irrégulier. En août 2019, une migrante de 31 ans est morte noyée lors de la traversée clandestine que les deux hommes avaient organisée. Selon les autorités, il s’agit de la première victime à avoir péri dans la Manche au cours d’une tentative de traversée entre la France et l’Angleterre. 

A la barre du tribunal de Boulogne-sur-Mer ce mercredi, il y a d’abord Wakil, un afghan de 31 ans. D’entrée, l’homme explique qu’il n’a “rien fait”, qu’il n’est “pas un passeur” et qu’il n’a “jamais fait monter des migrants sur un bateau”. Son but, c’est “aller en Angleterre pour se marier et avoir des papiers”. Et si les enquêteurs ont localisé son téléphone à Oye-Plage à plusieurs reprises, c’est parce qu’il attendait lui-même de pouvoir monter dans un navire.

Des explications qui ne parviennent pas à convaincre le tribunal, qui s’appuie sur une enquête « très précise » de la police Notamment des écoutes téléphoniques dans lesquelles l’homme organise “l’achat des bateaux” ou bien encore “des passages à 3500 euros par client”. Face au Président, l’homme reconnaît avoir « chargé des bateaux dans une camionnette », mais uniquement pour financer son propre passage en Angleterre.

Cette camionnette, c’est celle d’Ibrahima. Un Néerlandais de 44 ans qui arrondit ses fins de mois en faisant du transport de personnes ou de marchandise. Les marchandises en question, ce sont donc des bateaux qui servent à traverser la Manche. Et l’une de ses traversées coûtera la vie à Mitra, une iranienne de 31 ans. C’était le 9 août dernier. Ce jour là, les autorités britanniques sont parvenus à sauver 19 autres migrants, dont 7 enfants, épuisés sur leur embarcation de fortune, sans rame et sans moteur. Mitra, elle, est morte noyée. Son corps a été retrouvé 11 jours plus tard sur une plage des Pays-Bas.

Jugés pour homicide involontaire, mais aussi pour avoir organisé la traversée de 83 autres migrants, Wakil, considéré comme la tête de réseau, a écopé de 6 ans de prison ferme. Ibrahima, le convoyeur, est quant à lui condamné à 3 ans de prison ferme.

X
X