Ce week-end, Boulogne va se souvenir de ses soldats morts durant la première guerre mondiale. A l’occasion de l’Armistice, de nombreuses commémorations sont organisées sur la Côte d’Opale. La proximité avec l’Angleterre a fait de notre littoral a été une plaque tournante de la guerre 14-18. Et la plupart des soldats britanniques sont passés par Boulogne.

Le 12 août 1914, le général French, commandant du Corps expéditionnaire britannique débarque sur les quais du port de Boulogne. Un événement qui marque le début de la présence militaire britannique dans la région. Une présence particulièrement importante, du fait de la proximité entre l’Angleterre et la Côte d’Opale.

Entre 1914 et 1916, pas moins de 1 700 000 tommies débarquent sur le continent, via la gare de Boulogne. A un moment donné, on a même compté, sur la seule ville de Boulogne, 1 226 officiers et 70 000 soldats.

Mais la plus grande base militaire britannique du front Ouest est basée à Etaples, avec ses 100 000 hommes recensés en 1917. Des hommes qui combattent, et qu’il faut soigner. De nombreux hôpitaux sont donc implantés sur tout le littoral, et notamment sur la falaise, au niveau de la Crèche, à Wimereux.

Vous l’avez compris, la présence britannique sur la Côte d’Opale, et notamment à Boulogne, a été très importante. Ce n’est donc pas un hasard si on compte plusieurs cimetières militaires dans la ville. Rue de Dringhen, derrière le stade de la Libération, abrite 5 577 tombes de soldats de la 1ère guerre mondiale. Le cimetière de Terlinchtun, lui, compte 4 378 corps de soldats britanniques, indiens ou canadiens, et les dépouilles de plus de 200 combattants d’autres nationalités comme des Russes, des Polonais, des Américains ou encore des Allemands prisonniers de guerre.

Le plus grand cimetière du Commonwealth en France est situé à Etaples, où sont enterrés près de 11 500 soldats, morts au cours de la première guerre mondiale.

X
X