Tout va bien sur le port de Boulogne ! La société des ports du Détroit a présenté le bilan de l’année écoulée pour la zone de Capécure. Une zone sur laquelle la SEPD a investi 13 millions d’euros en 2018. Et ça porte ses fruits, puisque tous les voyants sont au vert.

Du côté de la pêche d’abord, Boulogne se maintient comme premier port de France. La criée enregistre 32 142 tonnes de poisson vendus, ce qui représente un chiffre d’affaire de 82,6 millions, en hausse de près de 2% par rapport à 2017. Malgré l’impact de la pêche électrique, les pêcheurs artisans voient le tonnage de leur prise augmenter de 9%, et la valeur de leur pêche de 8%. Si les fileyeurs accusent le coup avec 100 000 tonnes de sole pêchées en moins sur un an, les chalutiers, pour qui le prix de vente du calamar augmente de 38%, permettent de sauver les meubles pour la pêche artisanale boulonnaise. 

Boulogne, ce n’est pas seulement un port de pêche.

Boulogne c’est aussi un port de plaisance. Le nombre de bateaux accueillis en 2018 a grimpé de 18% par rapport à 2017. C’est aussi un port qui a accueilli 2 croisières.

A noter que les investissements vont se poursuivre cette année. 3,4 millions d’euros doivent notamment être consacrés à la construction d’un nouveau centre de lavage des coffres à poisson.

  2018 2017 Ecart
Pêche – Tonnage 32 142 32 028 +0,35%
Pêche – Valeur (en millions d’euros) 82,6 81,1 +1,84%
Pêche – Prix moyen au kilo (en €) 2,57 2,53 +1,58%
Commerce – Tonnage marchandises 799 422 663 974 +20,4%
X
X