Une soixantaine de bateaux n'a toujours pas de licence pour pêcher dans les eaux britanniques (© Delta FM)

La situation de la criée de Boulogne est “alarmante”. Ces mots, ce sont ceux de Frédéric Cuvillier. Le maire de Boulogne s’inquiète des conséquences du Brexit sur le port.

Six mois après le Brexit, une soixantaine de bateaux de la flottille boulonnaise n’a toujours pas reçu la licence pour pêcher dans les eaux britanniques. Conséquence: les navires se rabattent sur des eaux moins poissonneuses. “C’est une pêche peu diversifiée et peu valorisable. Les ventes en criée sont donc en baisse, autant en volume qu’en valeur” souligne Frédéric Cuvillier. L’élu a rencontré la semaine dernière le commissaire européen pour lui demander d’activer rapidement des dispositifs d’accompagnement. Le responsable devrait quitter Bruxelles pour se rendre à Boulogne, “probablement en septembre” a indiqué Frédéric Cuvillier.

X
X