A Boulogne, une partie des salariés du centre d’appel Armatis est en colère. Ils réclament des meilleures conditions de travail… Hier après-midi, la CFDT a appelé au débrayage pendant deux heures. Un mouvement peu suivi. Sur les 800 salariés que compte l’entreprise, seule une centaine a stoppé le travail.

Hélène Courtin espère que le mouvement de grogne va porter ses fruits. Car pour la déléguée syndicale CFDT, le conflit avec la direction dure depuis trop longtemps :

Les salariés réclament de meilleures conditions de travail, et des augmentations de salaire. Hélène Coeuf travaille depuis 12 ans chez Armatis, et sa fiche de paie n’a quasiment pas bougé :

La direction inclut également les congés payés et les congés conventionnels dans le temps d’absence. Ce qui révolte les syndicats. La direction, elle, n’a pas souhaité répondre à nos questions.

X
X