Des pêcheurs de toute l’Europe réunis à Boulogne, hier. Ils étaient une cinquantaine de marins italiens, espagnols, anglais, belges et français à être venus discuter du combat contre la pêche électrique. Une technique de pêche qui détruit les fonds marins et qui a un impact sur le chiffre d’affaire des pêcheurs artisans. Soutenus par l’ONG Bloom, les pêcheurs réclament un vote de l’Union Européenne pour interdire la pêche électrique. Il faut faire vite, car les élections européennes ont lieu en mai, et la dernière séance plénière est prévue en avril.

Il y a un an déjà, les pêcheurs avaient obtenu une première victoire : le parlement européen avait voté contre la pêche électrique. Mais depuis, ni le Conseil ni la commission ne se sont prononcés sur le sujet. Et il y a urgence à le faire, car les élections européennes arrivent très bientôt. Claire Nouvian, présidente de l’ONG Bloom, met donc la pression sur l’Europe :

Il faut que l’Europe trouve un compromis pour interdire la pêche électrique avant la prochaine séance plénière, en avril prochain. En attendant, cette technique de pêche continue de détruire les fonds marins, une catastrophe pour les pêcheurs artisans. C’est le cas de Stéphane Pinto, représentant des fileyeurs dans la région :

Une délégation de pêcheurs européens, dont des Boulonnais, se rend aujourd’hui à Bruxelles pour réclamer l’interdiction de la pêche électrique.

X
X