Les magistrats du tribunal de Boulogne sont en colère et réclament plus de moyens pour rendre la justice.

Ce mercredi, les magistrats du tribunal de Boulogne-sur-Mer ont participé au mouvement de grève national de la profession. Soutenus par les avocats et les greffiers, les magistrats du siège et du parquet se sont rassemblés sur les marches du palais de justice de Boulogne, en début d’après-midi.

Qu’ils soient juges ou procureur, ils estiment que les moyens de la justice sont insuffisants. Réunis en assemblée générale début décembre, ils ont publié une motion pour dénoncer leurs conditions de travail. Ils estiment être « confrontés à un dilemme: juger vite et mal, ou juger bien, mais dans des délais inacceptables ».

Stéphanie Lebrun, substitut du procureur, et Juliette Gicquel, juge d’application des peines, réclament donc des moyens humains supplémentaires pour le tribunal de Boulogne.

 

 

X
X