Le personnel des urgences en grève pour dénoncer leurs conditions de travail (© Delta FM)

Les conditions de travail aux urgences de l’hôpital Boulogne ne risquent pas de s’améliorer. Selon la CGT, la direction du CHB a décidé de se séparer de deux agents d’expérience. Le syndicat déplore un manque de dialogue avec la direction. Ce mardi, une partie du personnel était en grève pour dénoncer cette situation et la dégradation des conditions de travail. 

Voilà des années que le personnel des Urgences tire la sonnette d’alarme sur le manque d’effectif pour assurer une prise en charge correcte des patients. Hélas, sans résultat. Voilà pourquoi une partie du personnel, “quasiment 100%” selon la CGT, a décidé de se mettre en grève, ce mardi, pour dénoncer la dégradation des conditions de travail. Selon le syndicat, les urgences devraient compter 18 médecins pour assurer une rotation correcte. Actuellement, ils ne sont que huit.

Parmi eux, le docteur Philippe Bourel, délégué départemental de l’association des médecins urgentistes.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase et qui a incité les urgentistes à se mettre en grève, c’est le départ annoncé de deux de leurs collègues.

Stéphane Douriez, qui exerce les fonctions d’aide-soignant brancardier depuis 32 ans. Il devra quitter son poste le 1er octobre.

 

La CGT doit décider lundi de reconduire la grève ou non.

X
X