Ca grogne sur le port de Boulogne. "On ne peut pas se laisser faire" estime Stéphane Pinto au micro Delta FM (© Delta FM)

Deux mois et demi après la mise en application du Brexit, de nombreux pêcheurs n’ont toujours pas reçu leurs autorisations pour aller dans les eaux britanniques. “Il y a une tension palpable sur le port de Boulogne. Les gars sont prêts à partir à l’action” prévient le vice-président du comité régional des pêches.

Pour obtenir une licence de pêche de la part des autorités britanniques, les pêcheurs français doivent montrer patte blanche et prouver leur antériorité dans les eaux anglaises. Autrement dit, ils doivent fournir des documents montrant qu’ils pêchaient déjà dans ces eaux au cours des dernières années. Un travail laborieux, mais nécessaire, selon Stéphane Pinto, représentant des fileyeurs des Hauts-de-France.

Car si pour l’instant, les pêcheurs artisans limitent la casse en pêchant de Dunkerque à Boulogne, la situation ne sera pas éternelle. D’ici mi-avril, après la saison de la sole, 60% de leur activité se fera dans les eaux anglaises. Mais sans autorisation, impossible pour les marins français d’accéder à la bande des 6-12 miles. Sur le port de Boulogne, la colère monte chez certains professionnels. D’autres, résignés, se préparent à envoyer leur bateau à la casse si aucune solution n’est trouvée d’ici l’été.

Deux mois et demi après le Brexit, les pêcheurs se sentent abandonnés par les autorités. Reportage:

X
X